Paris-Dakar-Paris 2022

1000km fait en 1 jour, ou 2j à essorer les crampons dans la boue ? racontez-nous.
Répondre
Auteur
Message
Fdc75
Virage serré
Virage serré
Messages : 114
Enregistré le : 16 mars 2017, 20:20
Département : 75 Paris
Localisation : Paris
Moto : Africa Twin 2016-2017 CRF1000L
A remercié : 11 fois
A été remercié : 6 fois

Paris-Dakar-Paris 2022

#1 Message par Fdc75 » 16 janv. 2023, 14:43

Voilà le compte-rendu d’un périple de 11.185 kms qui m’a amené de Paris à Dakar et retour avec un petit détour par Atar en Mauritanie
Voyage de 6 semaines du 22 Avril au 3 Juin avec des étapes familiales en France
Je vais donner les détails qui, je pense, pourraient intéresser ceux qui prévoient un voyage de ce type, en laissant de côté la partie France.
J’ai fait ce voyage en solo avec une CRF1000DCT de 2017 avec 37.000kms au départ.
Pour les bagages : 2 valises alu Givi 37l, 1 top case plastique Givi 47, 1 sac étanche Ortlieb sur la selle et une sacoche réservoir Givi.
Image
Un train de pneu TKC70, un kit chaîne neuf, une vidange et des plaquettes neuves.
Je n’ai eu aucun problème technique, à part un jerrican qui fuit et le zip de la sacoche réservoir, même pas une crevaison !
Pour la navigation, mon smartphone installé au-dessus du tableau de bord avec Osmand+, parfait sauf sous les plus grosses chaleurs ou il refusait de travailler.
C’est peu dire que j’ai apprécié le voyage, je redoutais la longueur et la monotonie des paysages et un peu l’accueil dans certaines régions, j’ai toujours été accueilli avec gentillesse, bienveillance et curiosité que ce soit au Maroc en Mauritanie ou au Sénégal.
Les seuls moments un peu moins agréables étaient certains contacts avec les autorités, et encore, uniquement en Mauritanie.
J’ai pris le ferry de Barcelone à Tanger Med avec GNV quelques jours après la réouverture des traversées et la même chose au retour.

25 avril : Barcelone
Camping Barcelona (40km de Barcelone ferry sur la côte) 24€
Un peu bruyant, la zone pour les tentes est petite et attention à la queue à l’accueil si vous arrivez en fin de journée, j’ai mangé la pire pizza de ma vie au restaurant du camping.
26 avril : Ferry Barcelone/Tanger
Le départ ferry était prévu à 12h
Le bureau pour l’enregistrement n’ouvre qu’a 9h, pas nécessaire de venir 4h en avance comme indiqué sur les réservations, on peut même arriver 2h avant comme beaucoup font.
Il y a un parking d’embarquement juste avant le bureau, si vous êtes en voiture vous devez vous garer là avant l’enregistrement, en moto on peut aller au bureau avant et se garer après.
Le ferry est parti finalement à 13h.
Il y a des officiers des douanes dans le Grand Salon du pont 6 auprès desquels il faut passer pour le passeport et le véhicule, il y a un document à remplir.
Pas besoin de faire la queue pendant une heure au départ du ferry, ils seront là pendant des heures donc il faut juste attendre qu’il n’y ait plus personne.
Je n’ai pas pris de cabine, j’ai dormi dans le grand salon avec un sac de couchage, beaucoup de marocains s’installent là, aucun problème pour laisser ses affaires de couchage et fringues quand vous partez vous balader ou manger.
Image

27 avril : Tanger – Assilah
Le ferry est arrivé à Tanger à 17h45, j’ai débarqué à 18h15
J’avais réservé un hôtel à Asilah mais il était fermé quand je suis arrivé, en fait presque tout était fermé…
C’était l’heure de la rupture du jeun, les derniers jours du ramadan, je pensais que ça ne serait pas un problème, en fait ça complique pas mal les choses pour voyager.
J’ai finalement trouvé un grand appartement de vacances sur la place centrale pour 250 dirhams, plus cher que ce que je pensais mettre, mais j’ai pu mettre ma tente à sécher. La moto garée devant avec gardien de nuit et caméras.
Il n’y avait qu’un restaurant en ville qui servait les étrangers à cause du ramadan.
J’ai acheté une carte sim Maroc Telecom au kiosque et ajouté 7 jours d’internet pour 20 dirhams

28 avril : Assilah – Imintanoute
Par l’autoroute, ennuyeux et assez moche, mais je voulais descendre vite et je connais déjà la route côtière.
Hôtel Al Amane (125 mad) hôtel très basique dans une petit ville pas du tout touristique, sdb très rustique. Absolument aucun restaurant le soir, repas avec chips et avocats dans la chambre.

29 avril : Imintanoute - Sidi Ifni
J’ai pris une piste roulante très sympa jusqu’à Argana pour changer de l’autoroute de la veille.
Arrivé à Sidi Ifni, la ville, pourtant touristique, semble déserte. A l’Hôtel Bellevue je suis presque seul mais une belle chambre avec vue sur la mer pour 200 dirhams.
Il n’y a qu’un restaurant qui sert le soir, rien à midi, je décide de rester un jour de plus que prévu, jusqu’à la fin du ramadan, je ne sais pas ce qui m’attend plus au sud.
Image

Image

Image

Image

2 mai : Sidi Ifni - Laayoune
Fin du ramadan je m’arrête à El Ouatia pour prendre mon premier café en terrasse avec enfin des gens qui sourient ! Les derniers jours du ramadan doivent être vraiment pénibles pour les pratiquants.
C’est aussi le début du Sahara Occidental et du Grand Sud, ce qui signifie du vent, du sable et plusieurs check-points à chaque entrée et sortie de ville.
Je commence la distribution des « fiches », le papier préparé à l’avance avec toutes les infos du passeport et l’immatriculation, j’ai dû en donner 60 copies durant le voyage.
Laayoune est une assez grand ville, moderne et dynamique surtout en ce jour de fin de ramadan, tout le monde est dehors le soir.
Hôtel Istanbul : 200dirham avec sdb, propre et moderne mais sans charme, 15 dirhams à un gardien pour la moto.
Image

Image

Image

Image

Image

Image

3 mai : Laayoune – Dakhla
1er jour difficile à cause du vent, surtout avant Dakhla, je vais avoir l’occasion de m’y habituer.
Mais les paysages sont magnifiques, gigantesques, je commence à trouver ce pourquoi je suis venu.
Je passe devant tous les resorts de kite-surf et je vais chercher un hôtel en ville, j’aperçois l’Hôtel Dakar , je ne pouvais pas en choisir un autre, 150 dirhams avec sdb, très correct et accueil sympa, au milieu du marché donc pas facile de trouver le chemin avec la moto.
C’est encore difficile de trouver un resto, beaucoup sont fermés, il faut quelques jours pour les choses redeviennent normales après le ramadan.
Image

Image

Image

Image

Image

Image

à suivre...

Avatar du membre
Bro7
Staff
Staff
Messages : 6872
Enregistré le : 19 nov. 2013, 08:22
Département : 38 Isère
Localisation : PANOSSAS (38)
Moto : Africa Twin 93/95 750 RD07
moto 2 : Autres
A remercié : 55 fois
A été remercié : 71 fois

Re: Paris-Dakar-Paris 2022

#2 Message par Bro7 » 16 janv. 2023, 14:51

§encore §encore

Fdc75
Virage serré
Virage serré
Messages : 114
Enregistré le : 16 mars 2017, 20:20
Département : 75 Paris
Localisation : Paris
Moto : Africa Twin 2016-2017 CRF1000L
A remercié : 11 fois
A été remercié : 6 fois

Paris-Dakar-Paris 2022 -2eme partie

#3 Message par Fdc75 » 16 janv. 2023, 14:52

4 mai : Dakhla - Bir Gandouz
Le tour de la baie de Dakhla pour retrouver la route du sud est absolument fabuleux malgré le vent et le sable.
Des dunes se sont formées sur la route pendant la nuit et il faut être très prudent, surtout en arrivant en haut des petites collines ou on peut se retrouver face à un camion roulant à gauche pour éviter le sable ou une pelleteuse en train de l’enlever.
Je m’arrête à l’Hôtel Barbas, étape habituelle avant ou après le passage de la frontière Mauritanienne.
Endroit étonnant avec un gigantesque patio ou l’on peut garer la moto pour la nuit, 200 mad avec sdb, 100 mad sans sdb, on peut manger sur place.
Je rencontre deux motards qui arrivent du Cap en Afrique du Sud et vont au Cap Nord, discussion toujours intéressante et je leur échange leurs billets Mauritaniens, qu’ils ne pourront plus changer sinon.
Image

Image

Image

Image

May 05: Bir Gandouz – Nouadhibou avec passage de frontière
La frontière est à 50 minutes de l’hôtel, j’étais presque le seul ce matin-là.
Du côté marocain, c’est assez lent mais simple, on fait tamponner le passeport au 1er bâtiment puis on avance et donne passeport et papiers du véhicule à un autre, un chien vient renifler la moto, il faut bien s’arrêter à la dernière barrière ou on redonne le passeport une dernière fois.
Une fois la barrière passée, c’est le fameux no-man’s land entre les 2 postes frontière, de la piste avec une trace principale qui me paraissait bien ensablée, j’ai suivi un camion qui prenait la trace de droite et c’est passé sans problème.
En arrivant côté mauritanien, on s’aperçoit vite que c’est un autre monde, les bâtiments sont délabrés et sous-équipés, il y a pas mal de gens qui semblent attendre quelque-chose, des papiers ou un véhicule ??
Un homme nommé Cheikh vient m’offrir ses services, il est bien connu pour faciliter les passages de frontières aux étrangers et il est réputé très fiable.
Il m’explique que les temps ont été très durs pour eux avec le covid et la fermeture des frontières et bien que je pense pouvoir m’en sortir tout seul, j’accepte son offre « à prix cassé » pour accélérer les procédures (le prix normal est 10€). Il est très sympa et efficace et c’est intéressant de discuter entre les bureaux.
Il faut payer 55€ pour le visa (avoir la somme exacte), 10€ pour le passavant (autorisation véhicule) et 15€ pour l’assurance, je suis sûr qu’elle ne sert à rien en cas d’accident, mais il vaut mieux l’avoir pour les contrôles de police. Tout ça est lent et assez confus mais sans problème, il faut tout de suite se mettre au rythme mauritanien…
L’entrée en Mauritanie et à Nouadhibou est impressionnante, tout est délabré et en bordel, la pauvreté du pays saute aux yeux, des centaines d’antiques Mercedes, des camions qui roulent en crabe dans un nuage de fumée noire, des ânes qui tirent des charrettes ou portent des charges monstrueuses.
Il n’y a pas de règle de circulation, mais c’est assez lent et pas agressif, il faut juste s’attendre à tout n'importe quand. Heureusement j’ai eu une bonne préparation avec 40 ans de conduite à Paris…
En dehors de la route principale c’est très rapidement du sable et je ne suis pas encore à l’aise en allant chercher mon « hôtel » dans un quartier populaire, l’Auberge Sahara, j’ai un doute en arrivant devant mais c’est un endroit très sympa avec des chambres très spartiates, une sdb et un salon commun. 250mru (6.3€)
Je vais en ville à pied pour trouver un distributeur et acheter une carte sim, c’est vraiment chaotique, beaucoup de distributeurs ne fonctionnent pas, mais je trouve facilement des gens pour m’aider et me renseigner.
Tout le monde parle en ancienne monnaie, qui correspond à 10x la monnaie officielle indiquée sur les billets, quand on achète de l’eau, on vous demande 200 Ouguya et on donne un billet de 20, finalement on s’y fait vite.
Heureusement la propriétaire de l’auberge avait préparé un ragout de chameau et un plat de poisson grillé, je m’apercevrai vite que trouver un restaurant est un problème en Mauritanie.
Image

6 mai : NDB – Nouakchott
Juste en partant de Nouadhibou je croise le fameux train de minerai qui arrive du centre du pays pour déverser son précieux chargement au port, il peut faire jusqu’à 2,5km de long.
La température monte rapidement avec le vent qui vient du désert, 40°c, ça me paraît horriblement chaud, je ne sais pas encore ce qui m’attend…
Les paysages sont encore incroyablement changeants alors qu’il n’y a que du sable, des cailloux, le désert à gauche et la mer à droite.
Le seul endroit pour faire le plein entre NDB et NOC est Chami, sorte d’oasis au milieu du désert avec plusieurs stations et des épiceries.
Il y a beaucoup de checkpoints en Mauritanie et par 3 , Gendarmerie, Douane et GGSR, il faut faire gaffe à ces derniers qui sont de loin les moins sympathiques.
Nouakchott est totalement différente de Nouadhibou, une ville récent, très étendue avec de très larges avenues et des bâtiments modernes.
Je m’arrête à l’Auberge Samira, adresse habituelle des voyageurs motorisés , correcte mais pas très bien entretenue, la période covid est passée par là. 800mru avec sdb commune.
Attention ! Il y a des gars qui trainent dans l’auberge et semblent amis avec le gérant qui essayent de fourguer des randonnées très chères et surtout d’arnaquer les voyageurs avec les passages de frontière vers le Sénégal. Ils ont essayé de me convaincre que la frontière de Diama était fermée et qu’ils pouvaient m’aider, moyennant quelques dizaines d’euros, à passer facilement à Rosso qui est connue pour être un traquenard, et que sinon j’allais rester bloqué là-bas… Evidemment je suis passé sans aucun problème à Diama le lendemain. Je les ai même entendu proposer 250$ par véhicule à un groupe d’Allemands.
Difficile de trouver autre chose à manger que des pizzas et des burgers à NKC à moins de taper dans le haut de gamme, il y a des épiceries et supermarchés autour de l’auberge.
Image

Image

Image

Image

Image

Image

8 mai : Nouakchott - Saint-Louis avec passage de frontière
J’ai adoré la route de NOC à Keur Macene, l’environnement change rapidement on passe du sable à la terre rouge avec de la végétation, même les habitations et la population change.
A Keur Macene commence la piste de 40kms qui amène au poste frontière de Diama à travers la réserve de Diawling, très humide et verte, on peut y voir des buffles, des phacochères et des oiseaux.
La piste est plutôt bonne mais il y a des passages de tôle ondulée et sable mélangé assez piégeux.
On passe devant le poste de garde du parc qui va absolument vouloir vous faire payer un droit de passage, apparemment il n’y a pas à payer mais quand on est tout seul en face d’un garde et de gendarmes qui doivent faire 50/50 au bout de 10 minutes de palabre, j’ai craqué et payé 200mru (5€)
10 kms plus loin se trouve à la frontière, il n’y avait presque personne d’autre que moi.
Côté mauritanien j’ai fait tamponner passeport et passavant sans rien payer, j’ai juste payé la taxe communale : 100mru.
Côté Sénégalais : pas de visa, 10€ de passavant pour 5 jours, ensuite il faut payer pour passer un pont, le prix est fixe : 4000 cfa ou 10€ (pas de pièces) ou 250mru, on vous donne un reçu.
Encore quelques kms de piste pour rejoindre la route de Saint-Louis et tout à changé, plus de monde, plus de couleurs des routes bien meilleures.
La ville de Saint-Louis est une sur une ile que l’on rejoint en empruntant le pont Faidherbe, un vieux pont type Eiffel, la traversée est magnifique bien qu’il soit souvent en travaux.
Saint-Louis est une petite ville de type coloniale assez calme sans beaucoup de circulation, c’est une arrivée assez agréable au Sénégal, on y trouve des bars et des restaurants de tous types.
Je suis allé à l’Auberge Chez Titi , 1000 cfa avec sdb partagée et petit déjeuner, la moto garée dans le patio pour la nuit.
J’ai acheté une carte sim avec internet chez Orange et une assurance moto chez Axa pour 12.000 cfa.
Il y a un marché et des magasins sur le continent il y a même un Auchan, c’est assez sympa de traverser le pont à pied comme le font les habitants toute la journée.
Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

à suivre...

Fdc75
Virage serré
Virage serré
Messages : 114
Enregistré le : 16 mars 2017, 20:20
Département : 75 Paris
Localisation : Paris
Moto : Africa Twin 2016-2017 CRF1000L
A remercié : 11 fois
A été remercié : 6 fois

Re: Paris-Dakar-Paris 2022 - 3ème partie

#4 Message par Fdc75 » 16 janv. 2023, 15:00

10 mai : Saint-Louis - Dakar
Je n’ai pas pris la route principale pour Dakar mais petite route qui passe par Leona et Mboro, vallonée, tranquille et très sympa jusqu’à Mboro, un calvaire après jusqu’à Dakar, il vaut donc mieux récupérer la route principale à Tivouane.
L’arrivée à Dakar est un choc, c’est une ville gigantesque avec un goulot d’étranglement à l’entrée, une circulation infernale avec absolument tous les types de véhicule, motos, scooters, suvs flambants neufs et camions archaïques, comme en Mauritanie la conduite n’est pas agressive mais surprenante et fatiguante même pour un parisien.
Avec mes valises latérales j’avais du mal à me faufiler et je bloquais souvent d’autre 2 roues, je m’excusais et les gars me répondaient d’un sourire, n’essayez pas ça à Paris !
Je me suis posé au nord de Dakar, quartier de Yoff au bord de la mer.
Auberge Keur Diam, 16.000 cfa sdb séparée, l’auberge est bien mais loin du centre, il n’y a pas grand-chose autour pour manger et l’auberge n’est pas très accueillante pour les repas.
J’ai visité l’Hôtel Oceanic en ville mais j’avais la flemme de changer une fois posé, si je revenais j’irai plutôt là.
J’ai fait prolongé mon passavant dans un bureau sur la place centrale de Dakar, je n’ai rien payé pour ça.
J’ai passé deux jours à Dakar, y compris une visite rapide sur la très touristique Ile de Gorée, la ville n’est pas désagréable mais très encombrée, bruyante et polluée, après mes milliers de kms dans les grands espaces j’étouffe et je décide d’attaquer la remontée et d’aller me poser au sud de Saint-Louis
Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

13 mai : Dakar - Zebrabar
J’ai repris la route du nord et me suis arrêté au Zebrabar, un campement à 30 kms au sud de Saint-Louis en face de la Langue de Barbarie, il y a plusieurs pistes qui mènent au camp mais celle du sud que j’ai pris était bien ensablée et j’étais pas fier.
C’est un très grand camp avec des bungalow avec ou sans sdb et de la place pour camper ou poser son van ou mobilehome.
J’étais le seul client en arrivant et au lieu de planter la tente j’ai pris un bungalow sans sdb pour 10.000 cfa, les sanitaires sont propres et c’est un endroit très agréable pour se reposer durant un voyage, il y a un restaurant mais ce n’est pas donné et pas fabuleux.
Le problème c’est que ça donne vraiment envie de se baigner mais vu ce qui est déversé dans le fleuve en amont à Saint-Louis…
Je suis resté trois jours à cause d’une vague de chaleur autour de Nouakchot qui est ma prochaine étape, ce n’était pas si mal de se reposer et d’aller faire des courses à Saint-Louis avec Maciej, un motard polonais qui est descendu aussi à Dakar sur une XRV750 de 93.

Image

Image

Image

Image

Image

17 mai : Zebrabar – Nouakchott
Nous décidons de faire la route ensemble jusqu’à Nouakchot, la température semble raisonnable 38°C au départ et la même chose prévue à l’arrivée.
Quand nous arrivons au poste frontière de Diama, il fait déjà 40°C, nous passons le poste frontière sans problème mais il faut refaire un visa pour la Mauritanie (55€) avec passavant et assurance, Maciej est content d’être avec moi pour le passage, ça doit être beaucoup plus compliqué quand on ne parle pas français et je pense qu’il a payé plus cher à l’aller…
Nous prenons donc la piste à travers le parc et on sent la chaleur monter et arriver à 47 avec des pics à 48, j’en reviens pas et Maciej a les mêmes chiffres sur son thermomètre.
En roulant c’est à peu près supportable mais on est obligé de s’arrêter souvent pour boire et la c’est l’enfer.
La température baisse un peu avant NOC et les 37°C en arrivant nous paraissent frais.
On était tous les deux plutôt contents de ne pas être en solo ce jour-là, ce sont vraiment des moments ou tu n’as pas envie de crever ou d’avoir un problème mécanique.
On s’est posé à l’Hotel La Palma, moderne et avec air conditionné, pas très sympa mais on était tellement crevé qu’on a même partagé le lit king-size de la dernière chambre !

18 mai : Nouakchott – Atar
Maciej a pris la route du nord vers le Maroc et je voulais faire un tour dans la région d’Atar vers le nord-est.
La première partie de la route n’est pas passionnante, mais je me suis fait arrêter à un checkpoint de mes amis de la GGSR, prétendant que j’avais été flashé en excès de vitesse !! A part dans le cul d’un chameau je ne vois pas où ils auraient pu cacher un radar mais après 15mins de discussion en plein cagnard par plus de 40°C j’ai abdiqué et payé…
J’avais prévu de faire le plein à Akjout seul bled sur les 450 kms entre NOC et Atar, mais je me suis rapidement rendu compte qu’il n’y avait plus que du gasoil ici, pas de véhicule essence…
Après quelques instants d’angoisse et quelques discussions on me dit qu’il faut que je demande au douanier qui est le seul à avoir un véhicule de fonction essence, je vais donc le réveiller et il m’emmène acheter de l’essence au marché noir, me garantissant la qualité et négociant le prix pour moi. Situation surréaliste, je pensais avoir à payer pour ça, pas du tout, il m’invita même à revenir le chercher sur le chemin du retour pour la même opération.
Après Akjout la route devient beaucoup plus intéressante avec les massifs montagneux qui se dessinent à l’horizon. L’arrivée au pied du massif qui mène sur le plateau d’Atar est magnifique mais mon smartphone ne supporte plus les 45°C et ne veut plus ni prendre de photos ni me guider, heureusement il n’y a qu’une route.
Je me pose au Camping Imini… c’est une cour ou l’on peut camper avec quelques chambres autour, tout est délabré et les sanitaires sales mais je suis trop crevé pour chercher autrechose.
Atar n’a pas d’intérêt en elle-même, c’est un point départ pour les randonnées et treks dans la région, mais la saison n’a jamais commencé et c’est trop tard il fait déjà trop chaud.
Je suis venu parce que je voudrai aller à Chinguetti à 80 kms de piste de là, une petite ville traditionnelle célèbre pour ses très anciennes bibliothèques.
Je demande à plusieurs personnes si la piste pour Chinguetti est praticable pour ma moto chargée avec ce type de pneus, apparemment pas de problème il y a de la tôle ondulée mais pas de sable mou…

Image

Image

Image

A suivre...
Modifié en dernier par Fdc75 le 16 janv. 2023, 15:17, modifié 1 fois.

Fdc75
Virage serré
Virage serré
Messages : 114
Enregistré le : 16 mars 2017, 20:20
Département : 75 Paris
Localisation : Paris
Moto : Africa Twin 2016-2017 CRF1000L
A remercié : 11 fois
A été remercié : 6 fois

Re: Paris-Dakar-Paris 2022 - 4eme partie

#5 Message par Fdc75 » 16 janv. 2023, 15:06

19 mai : Atar – (presque) Chinguetti – Atar
Le début de la piste vers Atar n’est pas très agréable mais praticable, un mélange de tôle ondulé et de graviers avec par contre des paysages magnifiques très différents de ce que j’ai vu jusque-là, puis vient une portion de bitume assez abimé, je me dis que ça va se faire sans problème, mais rapidement la piste revient avec des revêtement très changeant mais surtout de la tôle ondulée et du sable avec pas mal d’ornières, j’ai du mal à rester sur les roues parfois et il fait déjà 40°C.
Il n’y a que des pickups Toyota qui passent à 65/70 km/h, la vitesse qui permet de passer les ondulations, j’essaie mais avec mon chargement et mes pneus je vais tout exploser.
Les ornières de sable et graviers deviennent de plus en plus profondes et à 10 kms de Chinguetti le sable devient carrément trop profond ; Après 2h30 je comprends que je n’y arriverai pas et décide de faire demi-tour.
J’arrive à Atar vanné, sec et avec des ampoules aux mains, j’hésite à aller à Chinguetti le lendemain en pickup mais une nouvelle vague de chaleur arrive, je partirai le lendemain tôt pour Nouakchott, non sans avoir goutté le kebab-chameau pour le diner.
Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

20 mai : Atar - Nouakchott
Le départ et la descente du plateau d’Atar est incroyable et complètement différent dans la lumière du matin.
je m’arrête à Akjout pour refaire le plein, mais mon vendeur au marché noir m’annonce un prix bien supérieur à la dernière fois, je fais mine d’aller chercher le douanier qui m’avait amené là et le prix redevient subitement le même…
Evidemment je me refais arrêter par le flic qui m’avait aligné à l’aller, l’animal se souvient même de mon nom ! Il commence mielleux à dire que tout va bien aujourd’hui en tournant autour de la moto et regardant les bagages, il s’arrête sur la sacoche réservoir et me dit « cadeau « en mettant la main dessus, je souris en lui disant que c’est impossible, il commence à essayer d’ouvrir les zips, j’arrête de sourire enlève sa main et démarre en lui disant que j’ai encore beaucoup de route… J’étais pas fier mais très énervé.
A Nouakchott je me pose à l’Auberge Triskell dans une cabane sur le toit, l’endroit tenu par un français est très sympa, ils font restaurant, pas donné mais bon. Je reste une journée pour profiter de la température étonnamment fraiche.
Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

A suivre

Fdc75
Virage serré
Virage serré
Messages : 114
Enregistré le : 16 mars 2017, 20:20
Département : 75 Paris
Localisation : Paris
Moto : Africa Twin 2016-2017 CRF1000L
A remercié : 11 fois
A été remercié : 6 fois

Re: Paris-Dakar-Paris 2022 - 5eme et dernière partie

#6 Message par Fdc75 » 16 janv. 2023, 15:15

22 mai : Nouakchott - Nouadhibou
J’avais prévu de camper dans le Parc du Banc d’Arguin en remontant vers le Maroc mais le bureau d’information est fermé et les pistes qui partent de la route vers le bord de mer ont été complètement masquées par le sable, il n’y a presque pas eu de tourisme cette année. Trop risqué je continue vers le nord.
Il y a un très fort vent continu du nord-ouest, c’est crevant et la consommation d’essence grimpe, je suis obligé de faire très attention et ça va être comme ça pendant trois jours non-stop !
J’arrive trop tard à l’embranchement de Nouadhibou pour passer la frontière ce soir, je dois donc passer la nuit ici, cette fois je m’arrêterai à la Villa Maguella, une villa en bord de mer tenu par un Néerlandais, 600mru avec petit déjeuner, je passe une très bonne soirée avec la famille et des invités.
Image

Image

Image

Image

23 mai : Nouadhibou - Boujdour
Le passage de frontière dans ce sens est facile mais long, tous les véhicules doivent passer au Scanner du côté marocain.
Clairement pas les meilleurs jours de roulage avec ce vent et une route que j’a déjà prise à l’aller.
J’arrive fatigué au classique check-point à l’entrée de Boujdour je donne mon passeport et rien ne se passe pendant 10 minutes, je vais à la cabane des gardes mais ils me demandent d’attendre, plus tard deux voiture de police banalisées arrivent et m’escorte jusqu’à l’hôtel que j’avais prévu. Le gérant de l’hôtel m’apprend que c’est comme ça depuis que des Américains ont un peu fait de grabuge en ville, ils surveillent les étrangers de passage.
Hotel Taiba, 150 mad avec sdb, très correct et bon accueil, le gérant a même sorti des couvertures pour camoufler ma moto garée dehors…

24 mai : Boujdour - El Ouatia
Dernier jour avec ce maudit vent et le sable qui va avec.
Hotel Dubai 150mad avec sdb, moto rentrée dans le hall pour la nuit.
Petite ville agréable pour une étape d’un soir.
Image

25 mai : El Ouatia – Tafraoute
C’est là que je vois l’effet des trois jours de sablage, fourche, phare, bulle et carter gauche s’en souviendrons.
La route qui mène à Tafraoute est toujours un délice.
Hotel Tifaouine, 250 mad avec sdb et petit déjeuner, très bon accueil, malheureusement la piscine est en travaux.
Image

Image

Image

26 mai : Tafraoute – Agdz
Encore une route très sympa que je ne connaissais pas.
Je prends une chambre au Riad Tabhirte, 250 avec énorme petit déjeuner, on peut aussi y diner, très belle adresse dans la palmeraie.
Image

Image

27 mai : Agdz- Tinghir
Je voulais voir la région d’Erfoud mais en arrivant les énormes hôtels et les boutiques de costumes berbères pour touristes m’ont refroidi, je décide de repartir vers l’ouest et Tinghir.
Je plante la tente au Camping l’Atlas, très joli petit camping avec piscine au bord de la palmeraie, très bon accueil.
Image

28 mai: Tinghir – Azrou
J’avais prévu de rester une journée mais la pluie est prévue, je prends donc la route pour Azrou via les Gorges du Todra, Imilchil, El kebab et Khenifra.
Je campe au Camping Amazigh, grand espace d’herbe grasse sous des arbres fruitiers, on est loin de la Mauritanie, j’ai d’ailleurs juste le temps de monter la tente avant un énorme orage.
Le camping est sympa mais très bruyant avec la route, les chiens autour qui aboient et un hôtel en construction jusqu’à 22h.
Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

29 mai : Azrou – Chefchaouen via Meknes
Je campe au Camping Azilan, l’emplacement et le campement sont très bien mais les sanitaires sales.
On peut aller au centre-ville à pied, Chefchaouen est une ville peinte en bleu avec énormément de boutiques de souvenirs et de gens qui font des selfies…

30 mai : Chechaouen – Tanger Med
L’embarquement était prévu entre 15h et 22h, j’ai donc pris mon temps et suis passé par Smir pour rejoindre Tanger Med.
A l’enregistrement le gars me dit que mon pass covid est périmé, mais que je peux le refaire chez le médecin de la petite ville à côté.
Moment d’angoisse, je fonce à la recherche du toubib, je repère une BMW flambant neuve garée dans la rue, en m’approchant je vois la pancarte du cabinet…
5 min et 250 dirhams plus tard j’avais mon certificat, il doit en voir passer dans la journée…
Après l’enregistrement, tous les véhicules doivent passer au scanner, ça peut prendre du temps
Le navire est arrivé très tard et j’ai dû attendre le débarquement une éternité avant de pouvoir embarquer et trouver une banquette pour dormir.
Image

1er juin : Barcelone - France
Le ferry est arrivé à Barcelone avec deux heures d’avance, juste eu le temps d’un petit déjeuner avant de débarquer.
Beaucoup de motos attendaient pour embarquer par rapport à ce que j’avais croisé.
J’ai entamé ma remontée vers Paris avec un arrêt à Montpellier.
Je craignais la longueur du voyage, en fait j’aurai bien continué et ne pensais qu’au prochain trip sur l’autoroute vers Paris.

Avatar du membre
Zolive38
Relais 2022
Relais 2022
Messages : 1142
Enregistré le : 27 nov. 2016, 23:06
Département : 38 Isère
Localisation : LUZINAY
Moto : Autres
moto 2 : Transalp 87 à 96 600
A remercié : 209 fois
A été remercié : 197 fois

Re: Paris-Dakar-Paris 2022

#7 Message par Zolive38 » 16 janv. 2023, 15:44

Merci pour ton compte rendu et les photos de ton aventure. Cela réveille des souvenirs sur le Maroc.
La joie de vivre n’est pas un but, c’est un devoir.

Le Prof
Adhérent 2022
Adhérent 2022
Messages : 1919
Enregistré le : 18 sept. 2018, 21:47
Département : 34 Hérault
Localisation : Montpellier
Moto : Africa Twin Adventure Sport 2019
A remercié : 2 fois
A été remercié : 43 fois

Re: Paris-Dakar-Paris 2022

#8 Message par Le Prof » 16 janv. 2023, 17:46

Je sais ce que je vais lire ce soir ! J'adore le peu que j'ai lu... Si je pouvais.

Avatar du membre
Skybike
Traversée de ruisseaux
Traversée de ruisseaux
Messages : 1065
Enregistré le : 23 nov. 2019, 17:52
Département : 26 Drôme
Localisation : entrée val de drôme (N7)
Moto : Africa Twin >2018 CRF1000L
A remercié : 106 fois
A été remercié : 68 fois

Re: Paris-Dakar-Paris 2022

#9 Message par Skybike » 16 janv. 2023, 17:56

:| Mince alors ! T'as zappé le Lac rose ?!
§chinois Merci pour ces belles images §photo et ton CR §super
La prochaine fois, essayes d'avoir en + une caméra embarquée pour filmer un peu avec le TdB en 1er plan §gaz ça donnera + de contexte rider :)

Avatar du membre
Quasimoto
Woops
Woops
Messages : 3002
Enregistré le : 21 janv. 2016, 09:56
Département : 79 Deux-Sèvres
Localisation : Les Fosses
Moto : Autres
A remercié : 7 fois
A été remercié : 54 fois

Re: Paris-Dakar-Paris 2022

#10 Message par Quasimoto » 16 janv. 2023, 18:11

Très chouette !
J’apprécie quand les photos sont bien cadrées...
Merci pour cette balade virtuelle , certes, mais ô combien agréable !
N'ayez pas peur du bonheur , c'est juste un bon moment à passer.

Avatar du membre
Dode38
Staff
Staff
Messages : 22435
Enregistré le : 25 oct. 2013, 21:27
Département : 38 Isère
Localisation : Villard-Bonnot
Moto : Africa Twin 2016-2017 CRF1000L
moto 2 : Africa Twin et Transalp
A remercié : 314 fois
A été remercié : 295 fois

Re: Paris-Dakar-Paris 2022

#11 Message par Dode38 » 16 janv. 2023, 19:25

Merci pour ce super CR et pour nous rappeler de bons souvenirs ;)

Thierysp
Tout à fond !
Tout à fond !
Messages : 486
Enregistré le : 04 janv. 2018, 18:22
Département : 69 Rhône
Localisation : banlieue de Lyon
Moto : Transalp 87 à 96 600
moto 2 : Autres
A remercié : 15 fois
A été remercié : 30 fois

Re: Paris-Dakar-Paris 2022

#12 Message par Thierysp » 16 janv. 2023, 20:36

Merci pour me faire revivre mes nombreux voyages là bas. C'est bien conforme à ceux que j'ai pu vivre dans mes nombreuseuses descentes là bas. <3

Avatar du membre
Bcnn
Freinage sur route mouillée
Freinage sur route mouillée
Messages : 251
Enregistré le : 22 févr. 2014, 14:33
Département : 49 Maine-et-Loire
Localisation : Région Saumur
Moto : Africa Twin Adventure Sport 2019
A remercié : 6 fois
A été remercié : 2 fois

Re: Paris-Dakar-Paris 2022

#13 Message par Bcnn » 16 janv. 2023, 22:44

Bonsoir,
Merci pour le partage de ton périple !
Superbes photos
Bertrand
1984 : 51 Black //1994 : 650 DR RSE // 1997 : 600 TTE // 2014 : Africa Twin RD07A =>> 2020 : ATAS 2019 !!!

Avatar du membre
Zebulon
Adhérent 2022
Adhérent 2022
Messages : 5208
Enregistré le : 25 sept. 2019, 14:36
Département : 34 Hérault
Localisation : Hérault/Htes Alpes
Moto : Africa Twin 1100 L 2020-2022 standart
A remercié : 46 fois
A été remercié : 365 fois

Re: Paris-Dakar-Paris 2022

#14 Message par Zebulon » 17 janv. 2023, 12:57

le titre est pas racoleur , j'aurais bien ajouté "MON" Paris-Dakar , pour donner envie; je pensais qu'il s'agissait d'autre chose, mais puta** qu'est-ce que j'ai kiffé !!! §youhou bravo & merci pour ce beau CR illustré; (bon tu as mis du temps à le pondre §mdr ) n'hésite pas !!! §super2

PS: tu aurais pu proposer tes images pour le calendrier ! §super
CRF1000 16 ....... Transalp 97

Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin

I do not ride fast, I ride far / I'm not lost, I'm just exploring

Avatar du membre
Larititi
Mise en route
Mise en route
Messages : 4
Enregistré le : 11 août 2020, 07:51
Département : 54 Meurthe-et-Moselle
Localisation : Lunéville
Moto : Africa Twin 1100 L 2020-2022 Adventure Sport DCT
A remercié : 0
A été remercié : 1 fois

Re: Paris-Dakar-Paris 2022

#15 Message par Larititi » 19 janv. 2023, 09:00

Superbes photos, beau CR un plaisir à lire. Merci

Avatar du membre
Claude19
Adhérent 2022
Adhérent 2022
Messages : 714
Enregistré le : 17 janv. 2018, 09:37
Département : 19 Corrèze
Localisation : Beaulieu sur Dordogne
Moto : Africa Twin 96/03 750 RD07a
moto 2 : Transalp 87 à 96 600
A remercié : 229 fois
A été remercié : 102 fois

Re: Paris-Dakar-Paris 2022

#16 Message par Claude19 » 19 janv. 2023, 11:10

😍😍😍
Super ton compte rendu va mettre très très utile.
Je dois faire exactement ce parcours en septembre sans aller au Sénégal.
Pour Chinguetti si j'arrive à Atar, j'irai quel que soit les conditions. 🤣
Le bakchich aux flics me connaissant je ne céderais pas quitte à passer une nuit en cellule 🤣. Ça me fera un récit supplémentaire 🤣.
J'ai aussi prévu le camping et hôtel, je note tes adresses.
J'ai prévu un jerrican de 10 litres.
Je ferai ce parcours avec ma Transalp 600.
https://laroutedusoleil.jimdofree.com/
@T 1999 et T@ 1994
Objectif 2023 = Chinguetti - Mauritanie

Je pratique le métier le plus dangereux du monde : RETRAITÉ, personne n'y a survécu.

Fdc75
Virage serré
Virage serré
Messages : 114
Enregistré le : 16 mars 2017, 20:20
Département : 75 Paris
Localisation : Paris
Moto : Africa Twin 2016-2017 CRF1000L
A remercié : 11 fois
A été remercié : 6 fois

Re: Paris-Dakar-Paris 2022

#17 Message par Fdc75 » 19 janv. 2023, 16:55

Claude19 a écrit : 19 janv. 2023, 11:10 Pour Chinguetti si j'arrive à Atar, j'irai quel que soit les conditions. 🤣
Le bakchich aux flics me connaissant je ne céderais pas quitte à passer une nuit en cellule 🤣. Ça me fera un récit supplémentaire 🤣.
J'ai aussi prévu le camping et hôtel, je note tes adresses.
J'ai prévu un jerrican de 10 litres.
Je ferai ce parcours avec ma Transalp 600.
Super, si tu as besoin d'autres infos...
Pour Chinguetti, je regrette parfois de ne pas avoir insisté ou essayé le lendemain mais il faisait une chaleur à crever et presque personne sur la route, ça pouvait vite mal tourner.
Il vaut peut-être mieux s'alléger à Atar puisqu'on est obligé d'y repasser.
A Nouakchott, le gérant de l'Auberge Triskell me racontait que même les pick-ups Toyota cassaient sur cette piste.
Pour les flics, à part celui entre Nouackchott et Atar, (fais gaffe à la vitesse!) ça s'est très bien passé, il faut juste ne pas les brusquer et être aimable...
Pour l'essence, j'avais un bidon de 3 litres, je ne m'en suis servi que sur la route d'Atar.
J'avais prévu de camper un peu plus sur la côte, mais avec le vent, j'aurai jamais réussi à planter la tente !
En écrivant le CR, ça m'a donné envie d'y retourner....

Avatar du membre
Claude19
Adhérent 2022
Adhérent 2022
Messages : 714
Enregistré le : 17 janv. 2018, 09:37
Département : 19 Corrèze
Localisation : Beaulieu sur Dordogne
Moto : Africa Twin 96/03 750 RD07a
moto 2 : Transalp 87 à 96 600
A remercié : 229 fois
A été remercié : 102 fois

Re: Paris-Dakar-Paris 2022

#18 Message par Claude19 » 19 janv. 2023, 17:27

Oui il faut rester correct avec les flics.
Je prévois aussi l'option camping, mais pas quand il y a trop de vent surtout de sable.
Pour Chinguetti en version allégée ça devrait le faire malgré que je ne sois pas doué en adhérence sable. 80 kms sur la journée je dois en être capable.
Pour la vitesse je suis tranquille ma vitesse c'est code de la route...🤣
Tu as donné beaucoup de détails dans ton compte rendu, mais si j'ai besoin d'un renseignement complémentaire je n'hésiterai pas, merci
https://laroutedusoleil.jimdofree.com/
@T 1999 et T@ 1994
Objectif 2023 = Chinguetti - Mauritanie

Je pratique le métier le plus dangereux du monde : RETRAITÉ, personne n'y a survécu.

Répondre

Retourner vers « Comptes rendus des sorties »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré